3 leçons clés pour gérer une crise

Tim Mossholder/Pexels

Source : Tim Mossholder/Pexels

Au cours des prochaines semaines, la majeure partie du monde lèvera enfin les restrictions COVID. À bien des égards, la crise actuelle du COVID-19 a présenté aux gouvernements, aux entreprises et aux citoyens ordinaires du monde entier des défis sans précédent.

Bien que chaque crise soit unique, il y a encore des leçons générales importantes que nous devrions tous avoir apprises après la crise financière mondiale de 2008 pour nous aider à faire face à la suivante. Bien que certains préjugés puissent être utiles, ces trois-là ne nous ont pas bien servis, que ce soit dans le passé ou pendant notre crise actuelle. Alors apprenons de l’expérience pour mieux nous préparer et améliorer notre résilience dans un avenir proche.

1. Les algorithmes ne sont aussi forts que la pensée derrière eux.

La première erreur est de continuer à s’appuyer sur des modèles algorithmiques complexes pour éviter une prise de décision difficile. En réponse à d’intenses critiques, le CDC a publié un rapport le 14 janvier justifiant certaines de ses décisions les plus problématiques en plaçant la responsabilité du jugement sur l’algorithme qu’il utilise. Blâmer les algorithmes n’était pas une réponse suffisante à la crise financière, et ce n’est pas suffisant maintenant.

Tout comme les professionnels de l’industrie financière se sont trop appuyés sur leur maîtrise technique des outils complexes de modélisation financière algorithmique à l’approche de la crise de 2008, les agents de santé publique s’appuient sur leur formation fonctionnelle et s’appuient sur des outils pour évaluer le risque épidémiologique.

A lire aussi  Embrassez vos imperfections

Alors que les gouvernements font la promotion des algorithmes auprès des décideurs, les décideurs accordent beaucoup moins d’attention aux variables qui ne peuvent pas être incluses dans ces calculs. Mais la santé à long terme de notre société dépend davantage de ces mesures incalculables, comme les dommages causés aux enfants en raison des mandats de masque et des fermetures d’écoles, que des variables calculables de la propagation épidémiologique et de la pression hospitalière.

Skylar Kang/Pexels

Source : Skylar Kang/Pexels

2. Les bonnes intentions ne doivent pas remplacer les bons résultats.

La deuxième erreur est un biais continu vers la signalisation de la vertu sociale avec un regard limité sur l’efficacité de l’action entreprise. Des personnes réfléchies ont soutenu les mandats de masque qui encourageaient le port de masques, dont certains étaient inefficaces, car le masquage signale dans les espaces publics que le porteur se soucie de la santé et du bien-être des autres.

Ce type de réponse est illustré par le Dr Joshua Barocas, médecin spécialiste des maladies infectieuses au Boston Medical Center, qui a déclaré : « Je pense que… le port d’un masque ne peut être qu’un symbole. Cela peut montrer aux gens que vous êtes engagé envers la cause… engagé. à protéger la vie des autres, la vie de leurs enfants et la vie de leur famille.”

Les masques sont-ils un signal fiable de ce type de communautarisme et de compassion ? En tant que professeur de stratégie, la théorie de la signalisation est quelque chose que je connais un peu. La signalisation se produit dans des situations où des groupes de personnes ont accès à différentes informations et souhaitent atténuer l’asymétrie de l’information. Le masquage n’est pas un signal fiable pour la santé ou la compassion, surtout lorsqu’il est mandaté par la loi. Les signaux malhonnêtes paient. Le port d’un masque ne peut pas être raisonnablement corrélé aux qualités non observables d’une bonne santé ou de soins pour la communauté.

A lire aussi  Jouez-vous votre douleur ou travaillez-vous à travers elle?

Nous devons être conscients des écarts de mise en œuvre qui séparent les bonnes intentions de leur application effective. Le désir de signaler de bonnes intentions peut souvent conduire à ignorer des résultats de plus en plus mauvais. Beaucoup d’entre nous s’efforcent d’éviter de critiquer ceux que nous considérons comme faisant un travail noble. Nous voulons signaler que nous sommes tous dans le même bateau, faisant partie de la même équipe, engagés pour une société saine.

Mais une position non critique est dangereuse. En repensant à la crise de 2008 et à ceux qui écrivaient dans la revue sponsorisée par Fannie Mae, nous trouvons des preuves que beaucoup au sein de l’institution pensaient que la croissance du marché des subprimes était la voie pour étendre le rêve américain à ceux qui en ont été historiquement exclus. C’était une noble ambition, et qui voudrait s’y opposer ?

Mais comme nous le savons maintenant, ceux qui travaillaient pour Fannie Mae ont poussé à des actions qui ont fait s’effondrer le rêve d’accession à la propriété pour les Américains vulnérables. À bien des égards, on pourrait affirmer que ce qu’était Fannie Mae en 2008, le CDC l’est maintenant.

3. Le risque fait toujours partie de la vie.

La troisième erreur est un biais plein d’espoir qui amène beaucoup de gens à croire que nous pouvons efficacement éliminer les risques. Dans les années qui ont précédé la crise de 2008, les décideurs influents ont de plus en plus exprimé la conviction que les décideurs politiques avaient créé un monde financier nouveau et moins volatil. Cet orgueil a conduit beaucoup à sous-estimer les événements qui se déroulaient devant eux en temps réel.

A lire aussi  Comment reconnaître les différents troubles psychotiques

La même chose semblait se produire aux États-Unis au début de cette crise, les experts hésitant à voir les échecs de l’action gouvernementale existante. Lorsqu’on leur a demandé de réfléchir à leurs actions une décennie après la crise financière, l’ancien président de la Réserve fédérale Ben Bernanke et le secrétaire au Trésor Hank Paulson ne se sont pas excusés, déclarant “nous avons fait certaines choses pour réparer le système financier qui sont très difficiles à expliquer car elles sont répréhensibles”. des choses… aux États-Unis d’Amérique, il y a un sens fondamental d’équité chez le peuple américain… Vous ne voulez pas récompenser l’incendiaire. Pourtant, c’est exactement ce qu’ils ont fait, et les États-Unis en paient le prix avec un public très polarisé.

Alors que nous planifions la fin de partie de la crise actuelle, nous devons nous méfier de nos préjugés qui renforcent la confiance dans les algorithmes, les signaux de vertu et la promesse du gouvernement d’éliminer les risques. À leur place, nous devons privilégier la réflexion à long terme, le débat ouvert et les compromis alignés sur les valeurs sociétales.