Abus économique : la forme invisible de violence interpersonnelle

La violence interpersonnelle est émotionnelle, physique et aussi financière. Parce que la violence entre partenaires intimes concerne le pouvoir et le contrôle, cela s’étend souvent au contrôle de l’argent. De nombreuses victimes domestiques s’habituent à être soutenues par leur agresseur, souvent avant qu’il ne devienne violent. Au fil du temps, cela peut créer un sentiment d’être « piégé », et surtout lorsqu’ils soutiennent des enfants ou d’autres membres de la famille en tant que personnes à charge, les rendre réticents à signaler l’abus.

Source : Andrew Khoroshavin/Pixabay

Source : Andrew Khoroshavin/Pixabay

L’abus économique se manifeste souvent par des méthodes quotidiennes et pratiques de priver une victime des nécessités. Une victime peut avoir faim et faire face à un réfrigérateur vide ou se préparer à un entretien d’embauche, mais face à un placard vide où une grande partie de son ancienne garde-robe a été enlevée ou vendue. Les deux cas de privation sont des rappels quotidiens de la façon dont les victimes sont obligées de dépendre de leur agresseur pour leur simple survie.

Les victimes d’exploitation économique ne sont pas nécessairement incapables de gagner un revenu. Une femme qui travaille peut se réveiller un matin et trouver son portefeuille vide ou ses cartes de crédit épuisées, car certains agresseurs qui gagnent moins que les victimes tentent de « niveler les règles du jeu » en exerçant un contrôle dans d’autres domaines. Malheureusement, bien que l’abus économique ne laisse pas de traces, il est extrêmement perturbateur, épuisant et, selon l’ampleur de la rétention des besoins quotidiens, peut être dévastateur.

Les abus économiques sont « invisibles »

Judy L. Postmus et al. (2020) ont discuté des abus économiques en tant que forme invisible de violence domestique.[i] Ils ont commencé par reconnaître que la perception la plus répandue de la violence entre partenaires intimes (VPI) est physique, malgré qu’il existe tant d’autres formes de violence et d’abus, notamment sexuels, psychologiques et émotionnels. Ils décrivent l’exploitation économique, souvent appelée exploitation financière, comme étant souvent cachée ou « invisible ».

Ils reconnaissent également le manque de cohérence dans la définition des abus économiques, même à la lumière des liens émergents entre l’insécurité économique genrée et les abus économiques. Postmus et al. ont cependant trouvé une clarté et une cohérence croissantes dans la terminologie pertinente et les méthodes validées de mesure de ce phénomène, y compris l’exploration de la manière dont la compréhension des différences culturelles et de la langue peut jouer un rôle.

Se remettre de l’exploitation financière

Kelly King et al. (2017), dans une étude intitulée « The Costs of Recovery », a examiné le recouvrement financier de la violence domestique.[ii] Ils ont commencé par noter que la VPI peut avoir un impact sur la santé physique et mentale, ainsi que sur le fonctionnement familial et la santé économique. Ils reconnaissent que les coûts financiers de la violence conjugale sont élevés pour les victimes et leurs familles, ainsi que pour la société dans son ensemble. Ils notent également à quel point l’abus économique est courant dans les relations abusives, citant une étude qui a montré que 94 % des survivants ont subi une forme d’abus économique, 79 % signalant un contrôle économique, 79 % signalant une exploitation économique et 78 % signalant une forme d’emploi. sabotage.

De plus, King et al. notez qu’au-delà des coûts directs généralement associés au processus de guérison à la fois physiquement et émotionnellement, les coûts financiers peuvent être aggravés par la variété des défis impliqués dans la reconstruction d’une nouvelle vie, qui peuvent inclure les coûts de déménagement, de mobilier, de transport et de garde d’enfants.

Le rétablissement par le soutien, pas la stigmatisation

L’une des premières étapes les plus importantes pour une victime d’abus économique est de s’exprimer. Que cela signifie la divulgation à un membre de la famille, à un ami ou à un pair qui vous soutient, le premier pas consiste à prendre la parole.

La prochaine étape est souvent de réintégrer littéralement la société. Pour les victimes auparavant sans emploi et liées financièrement à un agresseur, le retour sur le marché du travail est stimulant et peut permettre de retrouver à la fois compétence et confiance. De cette façon, les victimes peuvent retrouver à la fois la santé et la richesse après avoir quitté leur agresseur. Un jour à la fois, un dollar à la fois.