Bien-être et bonheur par l’intériorité

Tomas Loutoky/Flickr

Source : Tomas Loutoky/Flickr

Il y a environ 2000 ans, un sage hindou nommé Patanjali a développé l’une des premières voies de développement personnel au monde. On ne sait rien de Patanjali en tant que personne – certains érudits doutent même qu’il ait existé et suggèrent qu’un groupe de différents érudits a compilé ses enseignements. Cependant, s’il existait, il ne fait aucun doute que Patanjali était un psychologue exceptionnel. Son chemin est appelé le « chemin du yoga à huit branches et est décrit dans le Yoga Sutra.

Les deux premières étapes du chemin sont des lignes directrices éthiques, tandis que la troisième est des postures corporelles. (Ceux-ci sont devenus connus comme la pratique moderne du yoga, bien que asanas ne sont qu’une branche du chemin dans son ensemble). La quatrième étape est le contrôle de la respiration. Les dernières étapes traitent des capacités mentales, telles que « l’esprit concentré en un seul point, ce qui équivaut à ce que les psychologues modernes appellent « flux ». Après cela, il y a la méditation, menant à l’étape finale de samadhi quand la personne atteint un état d’unité avec le monde. (Cela reflète le sens littéral du yoga, qui est l’union).

Cependant, à mon avis, l’étape la plus importante du chemin de Patanjali est la cinquième étape, Pratyahara, qui peut être traduit par « tourner les sens vers l’intérieur » ou simplement par intériorité. C’est la capacité de vivre à l’intérieur de nous-mêmes, de se reposer à l’intérieur de notre propre espace mental, sans immerger notre attention dans les choses extérieures. L’intériorité signifie vivre dans un état d’être sans avoir besoin d’être constamment actif. Cela signifie vivre dans un état de connexion à notre propre être plutôt que dans un état constant d’auto-évasion.

Le Yoga Sutra décrire l’intériorité comme le début de la vie spirituelle, mais c’est aussi le début du vrai bonheur. Cela marque un changement majeur lorsque nous commençons à rechercher le bien-être à l’intérieur de nous-mêmes plutôt qu’à l’extérieur. Certes, il est impossible de trouver un contentement intérieur durable sans la capacité d’intériorité.

Extériorité – Vivre en dehors de nous-mêmes

Malheureusement, beaucoup de gens n’ont pas la capacité de se replier sur eux-mêmes. Lorsqu’ils sont seuls avec eux-mêmes, sans rien d’extérieur dans lequel plonger leur attention, ils se sentent mal à l’aise. C’est comme s’il y avait une sorte de discorde psychologique en eux, à la surface de leur esprit, qu’ils rencontrent quand leur attention n’est pas occupée. Ils sentent qu’une impulsion est d’échapper à cette discorde, alors ils recherchent immédiatement des distractions ou des activités.

La télévision est probablement la meilleure méthode jamais conçue pour garder l’attention des êtres humains en dehors d’eux-mêmes et échapper à la discorde psychologique. C’est pourquoi, à partir des années 1950, la télévision est devenue la forme de divertissement la plus populaire au monde. Depuis l’ère d’Internet, la télévision est devenue un peu moins populaire, mais à son apogée, les Américains regardaient la télévision en moyenne 35 heures par semaine, soit cinq heures par jour.

Alors que nous vivons dans un état « extérieur » – incapable de nous reposer dans notre propre esprit – nous vivons dans l’insatisfaction, chroniquement enclins à l’ennui et à la solitude. Comme les toxicomanes, nous dépendons d’un apport constant de stimulation – généralement sous la forme d’activités et de distractions – et lorsque l’approvisionnement s’arrête, nous avons du mal à faire face. Il y a un sentiment continu d’agitation, ce qui signifie que nous ne pouvons jamais vraiment nous détendre.

A lire aussi  5 stratégies pour apprendre de vos erreurs

Les cultures de divertissement modernes prospèrent sur l’extérieur. À l’ère d’Internet, la stimulation n’a jamais été aussi facilement accessible. Beaucoup de gens étaient tellement habitués à plonger leur attention dans leurs smartphones et leurs ordinateurs qu’ils étaient devenus plus aliénés de leur monde intérieur que n’importe quelle génération avant eux – même les générations qui ont regardé la télévision pendant des heures interminables.

Les bienfaits de l’intériorité

Vivre à l’intérieur de soi, c’est ne plus être accro à la stimulation. Cela signifie ne plus vivre une vie d’action constante, entrecoupée de périodes de distraction. L’intériorité apporte un sentiment fondamental de facilité et de contentement. Nous sommes parfaitement heureux même s’il n’y a pas d’animations ou d’activités pour occuper notre attention. Nous pouvons nous reposer paisiblement à l’intérieur de nous-mêmes, en occupant notre propre espace mental et en observant nos propres pensées et sentiments.

En d’autres termes, nous sommes capables de être. On est capable de ne rien faire de particulier sans s’ennuyer. Nous pouvons passer du temps seuls sans nous sentir seuls. En fait, lorsque nous vivons intérieurement, nous savourons l’inactivité et la solitude comme des périodes de relaxation profonde et de réharmonisation.

Devenir vers l’intérieur

La bonne nouvelle est qu’il n’est pas si difficile de cultiver l’intériorité. Dans une large mesure, c’est une question d’habitude. Presque à partir du moment où nous sommes nés, nous sommes encouragés à garder notre esprit occupé, à faire plutôt qu’à être. Dans le monde moderne, il y a tellement d’encouragements à plonger notre attention dans les appareils électroniques et les médias sociaux que beaucoup d’entre nous ont complètement perdu la capacité de l’être. En conséquence, nos mondes intérieurs sont devenus une sorte de terre inconnue. Nous y sommes tellement peu habitués que chaque fois que nous sommes obligés d’y passer du temps, nous nous sentons mal à l’aise, comme des explorateurs à l’orée d’une forêt sombre. Nous nous sentons effrayés par les bruits inconnus et les formes et les nuances étranges, alors nous nous retournons et nous nous enfuyons le plus rapidement possible.

A lire aussi  La technologie sait que c'est vous - peut-être devriez-vous avoir peur

Mais une fois que nous passons du temps à l’intérieur de nous-mêmes, ce sentiment de malaise disparaît généralement. Nous nous habituons rapidement à notre espace intérieur et notre discorde psychologique commence à se dissiper. C’est alors que les grands bienfaits de la méditation sont probablement la meilleure méthode pour cultiver l’intériorité. La méditation nous fait nous sentir plus à l’aise à l’intérieur de nous-mêmes. C’est une sorte de thérapie qui nous aide à surmonter notre dépendance à la stimulation. Il guérit la discorde à la surface de nos esprits afin que nous puissions accéder au bien-être et à la stabilité au plus profond de nos êtres.

Et comme le savait Patanjali, ce n’est vraiment que le début. Une fois que nous avons cultivé l’intériorité, nous voyageons plus profondément en nous-mêmes. Nous trouvons plus facile d’entrer dans l’état de flux et de vivre dans un état de présence, simplement en étant conscient de l’expérience sur le moment. Et au-delà, nous pouvons atteindre l’état que Patanjali a appelé samadhi lorsque notre sentiment de séparation se dissout et que nous prenons conscience de notre unité essentielle avec l’univers.