Ce que nous savons de la radicalisation

momius/Adobe Stock

Source : momius/Adobe Stock

Les attentats terroristes – des actes de violence dans le but de créer un changement idéologique – sont en augmentation aux États-Unis et dans le monde. En 2019, il y a eu 68 attaques terroristes aux États-Unis, contre 18 en 2008. À l’échelle mondiale, les décès dus au terrorisme augmentent et diminuent chaque année en fonction des relations et de la politique internationales. Au cours de la dernière décennie, les terroristes ont tué en moyenne 21 000 personnes par an.

Les auteurs de ces attentats ont été décrits par les chercheurs en sciences sociales comme radicalisés ; ils adoptent des points de vue et des croyances extrêmes qui finissent par avoir un impact sur leurs comportements. Moins de 1 % des personnes qui se radicalisent commettent des actes de violence. Même encore, empêcher les gens de se radicaliser est un moyen potentiel de réduire le terrorisme.

Les résultats sont étonnamment nuancés, fournissant une feuille de route des facteurs qui peuvent conduire les gens sur une voie radicale.

La revue comprend 127 études – dont la moitié publiées entre 2018 et 2020 – menées dans des pays démocratiques. (Il n’inclut pas les données des pays non démocratiques, y compris les pays du Moyen-Orient qui connaissent certains des niveaux de terrorisme les plus élevés.)

Les chercheurs ont mené une méta-analyse – c’est-à-dire qu’ils ont combiné des données d’études distinctes – pour identifier les facteurs de risque pouvant conduire à la radicalisation. Après avoir examiné plus de 100 facteurs, ils ont trouvé un petit nombre qui augmentent le risque de radicalisation et ont identifié certains facteurs qui protègent les gens contre la radicalisation.

Il y avait trois facteurs qui prédisaient le plus significativement si quelqu’un deviendrait radicalisé. Les personnes qui connaissent la fusion identitaire – lorsque l’allégeance à un groupe social devient plus importante que la propre identité et le bien-être de la personne – étaient les plus susceptibles de se radicaliser. Être obsédé par une passion et passer du temps en prison étaient également des prédicteurs importants de la radicalisation.

Il existe quelques dizaines de facteurs supplémentaires qui augmentent modérément le risque de radicalisation des participants. Les personnes qui avaient été menacées, déshumanisées et perçues comme étant discriminées étaient plus susceptibles de se radicaliser.

Le machoïsme, la colère et une attitude négative générale ont également conduit à la radicalisation. Les hommes étaient plus susceptibles de se radicaliser que les femmes. Une perte d’emploi, des antécédents criminels, une expérience militaire actuelle ou passée et des comportements à la recherche de sensations fortes ont également conduit à la radicalisation.

Les chercheurs ont trouvé un seul facteur qui protégeait le plus les gens contre la radicalisation : la valeur de suivre la loi ou d’être un citoyen respectueux des lois.

Les chercheurs ont également constaté que certains facteurs de risque étaient plus importants pour des idéologies spécifiques. Par exemple, les extrémistes de droite étaient plus susceptibles de se radicaliser s’ils étaient socialement aliénés et avaient de fortes convictions religieuses.

Les extrémistes de gauche étaient plus susceptibles de se radicaliser s’ils bénéficiaient de l’aide sociale et s’ils faisaient l’expérience d’une neuralisation morale. Il s’agit d’une condition dans laquelle les personnes ayant des croyances morales normales se convainquent qu’il n’y a pas d’autres options disponibles et acceptent donc leurs actions.

Les extrémistes islamistes sont plus susceptibles de se radicaliser s’ils ont des sentiments de colère et de neuralisation morale, et s’ils ont un niveau d’éducation plus élevé. Les personnes d’origine islamique étaient moins susceptibles de se radicaliser si elles avaient immigré dans un pays non islamique.

L’idée de l’examen, ont expliqué les auteurs, était d’éclairer la création d’interventions fondées sur des preuves conçues pour prévenir les facteurs qui conduisent à la radicalisation et encourager les facteurs qui empêchent les gens d’adopter des croyances extrêmes.

Le message à retenir : les preuves nous permettent de prédire, dans une certaine mesure, les personnes les plus susceptibles d’adopter des croyances radicales et de se livrer potentiellement au terrorisme. Ces données peuvent servir de point de départ pour développer des programmes d’intervention qui préviennent le terrorisme, et aussi comme outil pour aider à identifier les personnes susceptibles de se radicaliser.