Comprendre la neuropsychopathologie médico-légale

  Alexas_Fotos / Pixabay

Source: Alexas_Fotos / Pixabay

Pendant des décennies, la criminalistique a joué un rôle central dans la résolution de crimes et a été le catalyseur de découvertes scientifiques au sein du système de justice pénale. Aussi connue sous le nom de criminalistique, la criminalistique applique diverses sciences telles que la biologie, l’informatique, l’ingénierie et la physique et fournit des résultats qui aident à résoudre les affaires civiles et pénales. Les experts en santé mentale ont reconnu des concepts scientifiques et juridiques similaires explorant le psychisme des individus et comprenant comment les maladies mentales influent sur la prise de décision en matière civile et pénale. Cette nouvelle sous-discipline a conduit à la psychologie médico-légale.

Une sous-pratique progressive, la psychologie légale, a été conceptualisée au début des années 1990; cependant, il n’a été reconnu par l’American Psychological Association qu’en 2001, lorsque l’organisation a révisé ses directives de spécialité (American Psychological Association [APA], 2013a). Le domaine comprend des programmes de traitement clinique, des conseils, des témoignages d’experts, des évaluations psychologiques, des enquêtes scientifiques et des recherches. L’une des principales pratiques en psychologie médico-légale consiste à effectuer des évaluations des compétences et de la folie pour déterminer si une personne est apte à subir son procès (Hoge, 2016).

Les psychologues légistes travaillent dans divers contextes tels que les hôpitaux, les établissements correctionnels, les laboratoires de recherche, les organisations de défense des droits ou les organismes d’application de la loi pour aider le système juridique à évaluer et diagnostiquer les personnes soupçonnées d’avoir commis des crimes. De la création de l’American Board of Forensic Psychology à l’adhésion à l’American Board of Professional Psychology pour que les psychologues agréés deviennent certifiés et reconnus à l’échelle nationale, le domaine de la psychologie légale est devenu très respecté dans les systèmes de justice civile et militaire.

A lire aussi  3 raisons importantes d'acheter du cannabis dans des dispensaires légaux

Définition de la neuropsychopathologie médico-légale

Au cours des trois dernières décennies, l’évolution de la psychologie et de la science justifie la nécessité de poursuivre les études sur l’impact des maladies mentales graves sur différentes structures du cerveau. De plus, ces recherches sont essentielles pour examiner comment d’autres structures corticales du cerveau sont influencées par des maladies mentales graves et leurs effets sur le comportement humain et les symptômes physiologiques.

La neuropsychologie est une division de psychologie qui se concentre sur l’impact du cerveau et du système nerveux sur la cognition et les comportements (APA, 2020b). Plus important encore, la neuropsychologie est centrée sur le fonctionnement du cerveau en ce qui concerne les lésions et les troubles cérébraux. La neuropsychologie médico-légale est «l’application des pratiques de neuropsychologie clinique au droit civil et pénal, en particulier celles relatives aux allégations de lésion cérébrale» (APA, 2020c, par. 1). La psychopathologie est «l’étude scientifique des troubles mentaux basée sur des fondements théoriques, l’étiologie, la progression, la symptomatologie, le diagnostic et le traitement» (APA, 2020d, par. 1). Ce sont également les manifestations comportementales et cognitives des troubles mentaux et sont interchangeables avec la psychologie anormale (APA, 2020d).

La neuropsychopathologie médico-légale est la combinaison de pratiques neuropsychologiques cliniques et de l’étude scientifique des troubles mentaux qui relèvent de la prise de décision au sein des systèmes juridiques civil et militaire (Chouraeshkenazi, 2021a). Au cours des 20 dernières années, il y a eu une augmentation des crimes violents commis par des personnes ayant reçu un diagnostic de maladie mentale grave (Chouraeshkenazi, 2021b). Par conséquent, des recherches supplémentaires dans un domaine plus spécialisé, comme la neuropsychopathologie médico-légale, peuvent mieux comprendre l’impact des maladies mentales sur le fonctionnement du cerveau et le système nerveux.

A lire aussi  Anxiété: une géographie émotionnelle

Comprendre la neuropsychopathologie médico-légale

  Aytuguluturk / Pixabay

Source: Aytuguluturk / Pixabay

La neuropsychopathologie médico-légale combine des principes et des pratiques neuropsychologiques à l’étude scientifique des troubles mentaux, tels qu’ils s’appliquent aux contextes juridiques. Ce domaine émergent vise à fournir des données cliniques et scientifiques basées sur des méthodologies neuropsychologiques validées empiriquement pour examiner comment les maladies mentales affectent différentes structures cérébrales et comment cela est expliqué dans un texte juridique.

La recherche avancée peut potentiellement identifier des conditions cérébrales anormales, reliant ces informations à des comorbidités psychologiques. Ces processus sont essentiels pour analyser les données médico-légales afin de répondre aux questions suivantes: Comment les maladies mentales à long terme affectent-elles le fonctionnement du cerveau et le système nerveux? Comment les conditions à court terme affectent-elles le fonctionnement du cerveau et le système nerveux? La déficience possible est-elle permanente? Peut-il être inversé? Le cerveau peut-il se remettre d’une maladie mentale grave à long terme? Les personnes sont-elles responsables des actes commis en raison d’une maladie mentale grave? La compétence et la folie sont-elles des facteurs importants dans le traitement des cas de maladie mentale grave? Comment le système juridique devrait-il traiter ces questions?

La neuropsychopathologie médico-légale est l’initiative de soins de santé avancés de l’avenir. Le domaine est nécessaire pour examiner les complexités du cerveau et du système nerveux et comment ces données scientifiques et médicales sont interprétées dans un contexte juridique pour améliorer les processus décisionnels de nos systèmes judiciaires civils et militaires. Des études supplémentaires justifient une enquête plus approfondie pour savoir si le cerveau peut se remettre de cas graves de maladie mentale. De tels phénomènes sont essentiels pour mieux comprendre la relation entre la médecine légale, les neurosciences et les questions juridiques afin d’améliorer les initiatives de soins de santé mentale. Des études distinctives et scientifiquement fondées sur les troubles cérébraux et les diagnostics de maladie mentale grave pour évaluer si cette déficience est à long terme, à court terme ou peut se remettre complètement des changements structurels du cerveau sont primordiales pour comprendre l’état de santé mentale des individus. La nouvelle orientation de la neuropsychopathologie médico-légale peut améliorer les pratiques juridiques en affinant les processus d’évaluation, la clarté du diagnostic et les options de traitement des personnes qui souffrent de maladies mentales graves.

A lire aussi  Aider les enfants à développer une attitude de gratitude