Dix façons de devenir un bon auditeur

Vous pouvez sans aucun doute sentir quand vous parlez à un bon auditeur. Quelque chose dans la façon dont la personne vous regarde ou fait des commentaires empathiques vous permet de vous sentir à l’aise avec cette personne et, par conséquent, plus susceptible de vous ouvrir davantage. Si cette personne est votre partenaire amoureux, cette capacité d’écoute vous permet de vous sentir émotionnellement plus proche, soutenu et compris.

Autant vous pouvez admirer et apprécier d’être dans une relation avec un bon auditeur, peut-être avez-vous l’impression que vous n’êtes tout simplement pas très satisfait de vos propres capacités d’écoute. Vous avez remarqué que les gens, y compris votre partenaire, semblent frustrés par votre manque de réactivité à leurs besoins. Lorsque vous rencontrez des gens pour la première fois, les conversations semblent s’essouffler presque aussitôt qu’elles commencent. Les collègues ne vous demandent pas de les rejoindre pour des pauses informelles ou des discussions à distance hors ligne, et même vos proches semblent s’ennuyer tellement que, lors des réunions de famille, ils essaient de s’éloigner dès qu’ils le peuvent pour parler à quelqu’un d’autre.

Selon un article de synthèse récemment publié par Guy Itzchakov de l’Université de Haïfa, en collaboration avec Harry Reis de l’Université de Rochester et Netta Weinstein de l’Université de Reading (2021), des décennies de recherches antérieures appuient l’observation selon laquelle une bonne écoute est un mécanisme qui stimule le « connexions… connues pour conduire à de nombreux résultats affectifs et cognitifs intrapersonnels positifs. « Écouter », ont-ils poursuivi, « est un comportement social de base et l’une des caractéristiques les plus fondamentales d’une interaction sociale ». Cela vaut la peine d’affiner cet aspect clé de votre capacité afin de bien vous comporter avec les autres.

Le rôle d’une bonne écoute dans les relations

Le modèle de processus d’intimité, développé par Reis et le coauteur Phil Shaver (1988), a proposé qu’une bonne écoute aide à promouvoir la « réactivité perçue du partenaire », qui est la conviction qu’a votre partenaire que vous le comprenez et que vous vous souciez d’eux et que vous validez sa vision du monde et eux-mêmes.

A lire aussi  5 clés pour devenir sans alcool

L’écoute et la réactivité perçue du partenaire forment une boucle de rétroaction positive qui, à son tour, favorise une variété de résultats positifs dans les relations. Votre partenaire se sentira moins anxieux et défensif car vous renforcez une atmosphère d’ouverture et de respect mutuel en montrant que vous l’entendez. Votre partenaire ne doit pas avoir peur de dire la mauvaise chose parce que vous montrez que vous ne vous précipiterez pas dans le jugement.

Ce n’est pas seulement dans les relations étroites que la réactivité perçue du partenaire entre en jeu. Vous parlez peut-être à quelqu’un que vous avez récemment rencontré et constatez que vous et cette personne êtes sur des côtés opposés sur une question controversée, comme un masque facial lié au COVID ou des mandats de vaccin. Cela peut vous exaspérer d’entendre la position de cette personne. Pourtant, si vous vous permettez d’écouter – et montrez que vous écoutez – vous pourriez finir par avoir une conversation dans laquelle chacun de vous se sentira respecté même si vous n’êtes finalement pas d’accord.

Les dix qualités du bon auditeur

Tout cela est bel et bien, pensez-vous peut-être, mais quels sont exactement les marqueurs d’un bon auditeur ? Pouvez-vous penser aux comportements qui signifient que vous êtes compris, validé et pris en charge par quelqu’un que vous considérez comme un bon auditeur ?

Cherchant à identifier ces comportements « joués », Itzchakov et ses coauteurs ont réduit une liste de 19 indicateurs qui reflètent à la fois une bonne écoute et des niveaux élevés de réactivité perçue du partenaire à dix qui s’appliquent spécifiquement à une bonne écoute.

Ces dix qualités entrent dans les deux catégories de comportements verbaux et non verbaux et sont les suivantes avec des explications pour chacune :

Verbal : Montrez que vous comprenez ce que dit la personne.

  1. Réflexions : paraphrasez ce que dit l’autre personne pour montrer que vous en comprenez le sens.
  2. Question ouverte : posez des questions qui n’ont pas de réponse simple par « oui » ou « non » pour que la conversation reste fluide.
  3. Validation : renforcez ce que dit la personne en indiquant que vous comprenez.
  4. Énoncés : utilisez des mots simples qui encouragent l’autre personne à continuer de parler (par exemple, uh-huh, d’accord).
  5. Utilisez le nom de l’orateur : aidez la personne à se sentir plus valorisée en répétant son nom à différents moments de la conversation ou lorsque vous voulez montrer que vous l’entendez.
A lire aussi  21 films avec lesquels se blottir

Non verbal : comportements qui indiquent que vous faites attention.

  1. Expressions faciales : laissez votre visage exprimer de l’intérêt, de l’empathie et de la curiosité.
  2. Hochement de la tête : hochez occasionnellement la tête en même temps que ce que dit la personne, en particulier à des moments importants de la conversation.
  3. Posture du corps : Orientez votre position pour montrer que vous faites attention en permettant à votre corps de se tourner vers l’autre personne.
  4. Regard : maintenez un contact visuel avec l’orateur et ne regardez pas distraitement ailleurs.
  5. Silence : restez silencieux et n’interrompez pas l’autre personne ou n’ayez pas l’air trop impatient d’intervenir.

Combien d’entre eux pensez-vous naturellement utiliser dans vos interactions avec les autres ? Pensez-vous que certaines d’entre elles sont plus faciles à mettre en pratique que d’autres ? Bien que les auteurs ne les évaluent pas en termes de difficulté, il semblerait que les plus difficiles demandent le plus d’efforts, comme la réflexion et la validation.

C’est assez facile de hocher la tête et encore plus facile d’utiliser le nom de l’autre personne. Cependant, montrer que vous faites non seulement attention, mais aussi que vous comprenez, peut demander un peu de pratique.

Comment une bonne écoute peut-elle profiter à vos relations ?

Dans le modèle, reliant une bonne écoute à la réactivité perçue du partenaire, l’équipe de recherche dirigée par Israël a identifié une multitude de résultats favorables. L’un d’eux est celui qu’ils ont qualifié de cognitif et comprend une plus grande ouverture d’esprit, des changements d’attitude et moins de tendance à se faire passer pour un faux pour impressionner l’autre personne. Les changements affectifs ou émotionnels avaient une plus grande estime de soi, des émotions plus positives et des niveaux plus élevés de bien-être.

A lire aussi  L'héritage d'Aaron Beck va au-delà de la TCC

Enfin, en termes de comportement, une bonne écoute déclenche une chaîne de changements positifs qui peuvent amener l’autre personne à être plus susceptible de se dévoiler et à un sens plus élevé de la « chimie interpersonnelle ». Vous savez que vous avez cliqué avec quelqu’un d’autre. Ce dernier résultat suggère quand cette personne semble vous comprendre et se soucier de ce que vous avez à dire.

La bonne connexion écoute-réactivité perçue devient particulièrement importante dans une relation de proximité à long terme. Allant au-delà de l’idée que vous et votre partenaire avez des liens affectifs positifs forts (c’est-à-dire « l’amour »), Itzchakov et ses collègues ont soutenu que « bien qu’un élément nécessaire, [it] est généralement insuffisant pour produire des résolutions satisfaisantes ; il faut plutôt de l’attention et de la réactivité.

Votre partenaire vous raconte peut-être une journée de travail réussie, mais au lieu de montrer que vous écoutez, vous semblez vous ennuyer ou vous vous donnez beaucoup de mal pour souligner les inconvénients des événements de la journée. Les auteurs ont soutenu que ce type de mauvaise écoute est associé à une « détresse relationnelle ».

Pour résumer, selon les termes des auteurs, l’écoute est « une contribution active à la dynamique conversationnelle plutôt qu’un acte passif de réception d’informations ». Aiguiser vos capacités d’écoute en suivant ces dix conseils vous permettra d’améliorer le large éventail de relations sociales qui, en fin de compte, favorisent votre propre épanouissement et celui des personnes que vous avez écoutées.