Les cinq meilleures études classiques en psychologie de l’attraction

Photo de Taryn Elliott de Pexels Copy

Qu’est-ce qui crée l’attirance entre deux personnes ?

Source : Photo de Taryn Elliott de Pexels Copy

Nous aimons tous une bonne étude de pointe avec une découverte nouvelle et passionnante qui change notre façon de voir le monde. Pourtant, la nature de la science est qu’elle s’appuie continuellement sur les résultats de recherches antérieures. Inévitablement, la recherche actuelle repose sur les épaules de géants. Voici quelques-uns des travaux classiques de la recherche sur l’attraction :

1. Similarité : aimer les autres qui nous ressemblent

Au cœur de l’attraction se trouve l’idée que nous aimons être avec des personnes qui offrent des interactions enrichissantes et positives. Une première étude sur l’attirance a évalué si les récompenses étaient associées à la similarité des personnes.1 Pour ce faire, les chercheurs ont demandé à plus de 150 participants de lire un questionnaire sur les attitudes (p. attirance envers le faux étranger.

Les chercheurs ont modifié les échelles pour manipuler la ressemblance entre le faux étranger et le participant et le nombre d’attitudes apparaissant sur l’échelle. Ils ont découvert que la proportion de similitude est plus importante que le nombre total d’attitudes similaires. Il est plus important d’être similaire sur 7 traits sur 10 (c’est-à-dire 70 %) plutôt que sur 30 traits sur 200 (c’est-à-dire 15 %). Cette étude a jeté les bases de centaines d’études ultérieures sur l’importance de la similitude dans l’attraction.

2. Amis dans le dortoir : le pouvoir de la proximité

Il y a un dicton qui dit que « vous pouvez choisir vos amis, mais pas votre famille ». Cependant, il se peut que votre choix d’amis ne soit pas totalement sous votre contrôle conscient non plus. Dans une étude classique sur la formation d’amitiés, les chercheurs ont demandé à près de 300 résidents des dortoirs du MIT d’énumérer leurs amis les plus proches.

Les chercheurs ont ensuite examiné où vivaient les amis répertoriés dans les dortoirs.2 Lorsqu’une personne habitait à une porte de là, il y avait une probabilité de 41 % qu’elle figurait sur la liste des amis proches. À mesure que le nombre de portes augmentait, cette probabilité diminuait, de sorte que les personnes vivant à quatre portes n’avaient que 10 % de probabilité d’être répertoriées comme des amis proches. Cette étude démontre l’importance que la proximité, ou être physiquement proche des autres, a sur la formation des relations.

3. L’étude du pont et le rôle de l’éveil

Dans cette étude classique,3 les chercheurs ont quitté le laboratoire pour examiner l’attirance des hommes pour une femme qu’ils ont rencontrée dans l’une des deux conditions suivantes : sur un pont instable et instable ou sur un pont bas et solide. Dans chaque condition, alors que les hommes traversaient le pont, ils ont rencontré une expérimentatrice qui a demandé aux hommes de raconter des histoires sur un ensemble d’images ambiguës. Elle a également donné son numéro de téléphone aux hommes, « juste au cas où vous auriez des questions » (slick). Les hommes qui l’ont rencontrée sur le pont haut ont raconté des histoires avec plus de contenu sexuel et étaient plus susceptibles de l’appeler que les hommes qui l’ont rencontrée sur le pont bas et robuste. La raison? L’attribution erronée de l’excitation, ou l’idée que le pont haut créait un sentiment d’excitation que les hommes pensaient à tort être dû à l’expérimentatrice.

4. Beaucoup à gagner : le pouvoir de vous convaincre

Qu’est-ce qui est le plus attirant : quelqu’un qui vous a toujours aimé ou quelqu’un qui au début ne vous a pas trouvé attirant mais qui est finalement devenu plus positif ? Une étude intelligente a testé cela en faisant participer des étudiants à une série de réunions.4 Le participant « accidentellement » (c’était en fait une partie intentionnelle de l’étude) a entendu l’expérimentateur les décrire de l’une des quatre manières suivantes : toutes positives ; tous négatifs; initialement négatif mais devenant positif, ou initialement positif mais devenant négatif.

Comme on pouvait s’y attendre, les participants aimaient l’expérimentateur lorsque l’évaluation était complètement positive mais, étonnamment, l’appréciaient encore plus, lorsque l’évaluation était initialement négative mais est devenue positive. Ce résultat démontre la théorie de l’attraction gain-perte ou l’idée que gagner des gens qui ont eu une mauvaise impression initiale est plus gratifiant pour nous que quelqu’un qui nous a aimés depuis le début.

5. Ce qui est beau est bon

La plupart des gens pensent qu’être physiquement attirant est une bonne chose, mais cette étude a montré à quel point cela peut être bon. Les étudiants de premier cycle ont vu des photos d’hommes et de femmes représentant plusieurs niveaux d’attractivité.5 Sur la base de la seule photo, ils ont évalué les personnes les plus attirantes comme étant plus gentilles, extraverties, modestes, sensibles, sociables et intéressantes.

Mais les perceptions positives ne s’arrêtent pas là. Les participants considéraient également que les personnes plus attirantes avaient de meilleurs emplois, de meilleurs mariages et de meilleures vies. Ces résultats démontrent notre fort penchant pour la beauté physique et les croyances stéréotypées que nous attribuons aux individus les plus attirants.