Quelles sont les charges auxquelles Derek Chauvin est confronté?

Derek Chauvin, un ancien policier de Minneapolis, a été accusé d’avoir tué George Floyd. L’année dernière, Chauvin a été vu en vidéo pressant son genou contre le cou de Floyd pendant plusieurs minutes. Floyd, menotté et couché sur le ventre, a crié à l’aide, déclarant à plusieurs reprises qu’il ne pouvait plus respirer. Les vidéos prises de la mort horrible de Floyd sont rapidement devenues virales et ont suscité des mois de protestations et de troubles civils dans tout le pays.

Le procès de Derek Chauvin est enfin arrivé. Et, comme prévu, il a captivé la nation. Les réseaux d’information nationaux diffusent la majeure partie du procès en direct, avec un temps important également consacré à l’analyse juridique et au commentaire des événements de chaque jour. Depuis le procès de George Zimmerman, l’attention du public n’a pas été autant consacrée à une procédure judiciaire.

Et pourtant, malgré cette couverture médiatique et cet intérêt public sans précédent, peu de gens (même les experts des médias) semblent comprendre Quel exactement Chauvin a été accusé, et Pourquoi ces accusations particulières ont été déposées. Il est techniquement correct de dire que Chauvin a été accusé de «meurtre», mais une telle déclaration dément la nuance et la complexité des accusations portées contre lui. La psychologie est impérative dans l’analyse des accusations portées contre Chauvin; ou, plus précisément, l’état mental de Chauvin au moment de la mort de Floyd.

StockSnap / Pixabay

Manifestation

Source: StockSnap / Pixabay

Hommes Rea

La plupart des non-avocats ne réalisent pas l’importance profonde de l’état mental d’un délinquant au moment de la commission d’un crime. Mens rea (Latin pour «esprit coupable») se réfère à l’état d’esprit requis pour condamner un délinquant particulier pour un crime particulier. Même si l’auteur de l’infraction a effectivement commis un acte illégal, il ne peut être condamné pour un crime que s’il l’a commis avec l’état d’esprit requis. le mens rea L’exigence repose sur l’idée que l’on doit posséder un état d’esprit coupable pour être vraiment coupable. Le célèbre juge de la Cour suprême, Oliver Holmes, a illustré ce concept en 1909 en déclarant que «même un chien connaît la différence entre être trébuché et se faire botter».

Voici un exemple simple: la plupart des crimes de possession de drogue exigent qu’un contrevenant sciemment ou intentionnellement posséder une substance illégale. Imaginez qu’un individu malfaisant ait secrètement placé un petit sac de cocaïne dans vos bagages dans un aéroport. Lors du contrôle de sécurité, les médicaments sont découverts. Vous êtes consterné par la situation, n’ayant aucune idée de la façon dont les médicaments sont entrés dans votre sac. Étonnamment, vous n’avez pas commis de crime. Bien que vous soyez certainement en possession d’une substance illégale, vous n’avez pas savoir ou avoir l’intention posséder la substance, et donc manquer de la mens rea.

Meurtre au Minnesota

Avant de discuter des accusations spécifiques contre Chauvin, il est utile de comprendre comment les accusations de meurtre fonctionnent en vertu de la loi du Minnesota. Parce que la mort de Floyd a eu lieu à Minneapolis, les lois du Minnesota s’appliquent dans le procès de Chauvin. En vertu de la loi du Minnesota, «meurtre» peut signifier plusieurs choses différentes. Le meurtre (c’est-à-dire causer la mort de quelqu’un d’autre) est décrit par la loi comme cinq crimes distincts:

  • Meurtre au premier degré. Ceci est considéré comme la forme de meurtre la plus odieuse et entraîne généralement les peines de prison les plus sévères. Le meurtre au premier degré peut se produire de différentes manières. Les meurtres au premier degré sont ceux qui sont intentionnels et prémédité. En d’autres termes, le délinquant a non seulement l’intention explicite de tuer quelqu’un, mais il a également planifié et préparé à l’avance pour le faire. Cependant, même certains meurtres non prémédités peuvent être des meurtres au premier degré si certains «facteurs aggravants» s’appliquent. Par exemple, le intentionnel –mais pas prémédité– le meurtre d’un enfant, d’un policier, d’un juge ou d’un témoin au procès constitue un meurtre au premier degré. Bien que de nombreuses situations puissent donner lieu à un meurtre au premier degré, en général, une telle accusation implique soit (i) l’intention et la préméditation, soit (ii) des meurtres commis en conjonction avec certains facteurs aggravants. Le meurtre au premier degré peut entraîner une peine maximale d’emprisonnement à perpétuité. Il n’y a pas de peine de mort au Minnesota.
  • Meurtre au deuxième degré. Cela peut se produire de quatre manières différentes: (1) tuer intentionnellement quelqu’un, mais sans préméditation (et sans aucun facteur aggravant qui pourrait en faire un meurtre au premier degré), (2) tuer quelqu’un involontairement, mais en commettant une fusillade au volant, (3) tuer quelqu’un involontairement, mais en utilisant la violence pour commettre un crime, (4) tuer quelqu’un sans le vouloir, mais en essayant de blesser cette personne, si cette personne a une ordonnance restrictive contre le contrevenant. Le meurtre au deuxième degré peut entraîner une peine maximale de quarante ans.
  • Meurtre au troisième degré. Le meurtre au troisième degré est un meurtre non intentionnel résultant d’un «esprit dépravé». Ce langage archaïque a conduit à des analyses juridiques déroutantes, mais il est généralement considéré comme un acte imprudent, avec une indifférence totale à la vie humaine. Un exemple serait la vitesse de 100 mph à travers une zone scolaire et la mort involontaire d’un élève qui traverse à une intersection. Le meurtre au troisième degré peut entraîner une peine maximale de vingt-cinq ans.
  • Homicide involontaire coupable au premier degré. L’homicide involontaire coupable est une catégorie de meurtre qui est considérée comme moins blâmable que le meurtre «conventionnel», de sorte que les conséquences sont généralement moins graves. L’homicide involontaire coupable au premier degré peut survenir de différentes manières, mais une avenue particulière est la plus courante: tuer quelqu’un dans le «feu de la passion», sur la base d’une provocation qui ferait perdre temporairement à toute personne raisonnable sa sensibilité. L’exemple classique est un homme qui assassine l’amant secret de sa femme après les avoir trouvés au lit ensemble. L’homicide involontaire coupable au premier degré peut entraîner une peine maximale de quinze ans.
  • Homicide involontaire coupable au deuxième degré. L’homicide involontaire coupable au deuxième degré est un meurtre qui résulte de la négligence d’un délinquant. La négligence – un concept juridique extrêmement important – peut être plus simplement considérée comme de la négligence. Il s’agit d’un défaut d’agir avec le niveau de diligence qu’une personne raisonnable aurait exercé dans les mêmes circonstances. L’homicide involontaire coupable au deuxième degré peut entraîner une peine maximale de dix ans.
A lire aussi  Améliorer les avertissements pour arrêter les catastrophes

Les accusations contre Chauvin

Chauvin a été accusé de trois crimes: meurtre au deuxième degré, meurtre au troisième degré et homicide involontaire coupable au deuxième degré. Voyons maintenant pourquoi l’accusation a choisi de porter ces accusations particulières.

Meurtre au premier degré

Beaucoup de gens ont critiqué le fait que Chauvin n’ait pas été accusé de meurtre au premier degré, le crime le plus grave. Après tout, les vidéos de la mort de Floyd sont odieuses. Mais il est important de se rappeler que le meurtre au premier degré nécessite soit (i) l’intention et la préméditation, soit (ii) un meurtre en conjonction avec certains facteurs aggravants. Aucun de ces deux éléments ne s’applique dans le cas de la mort de Floyd. Il est hautement improbable que Chauvin n’ait pas seulement voulu d’assassiner Floyd, mais aussi spécifiquement planifié et comploté pour le faire. De même, aucun des facteurs aggravants énumérés dans la loi sur le meurtre au premier degré n’est pertinent.

Meurtre au deuxième degré

Le meurtre au deuxième degré, en revanche, est beaucoup plus applicable. N’oubliez pas que le meurtre au deuxième degré peut se produire de différentes manières. Les plus pertinents dans ce cas sont (1) tuer intentionnellement quelqu’un, mais sans préméditation et (2) tuer quelqu’un sans le vouloir, mais en utilisant la violence pour commettre un crime. Fait intéressant, l’accusation dans cette affaire n’essaie pas de prouver que Chauvin avait l’intention de tuer Floyd. Au contraire, ils essaient de prouver que Chauvin a tué Floyd involontairement, mais en utilisant la violence pour commettre un crime (à savoir, une agression aggravée consistant à placer son genou sur le cou de Floyd, qui était menotté et déjà maîtrisé). Bien que la mort de Floyd ait suscité une profonde réaction émotionnelle, il pourrait être difficile de convaincre le jury que Chauvin avait carrément l’intention de tuer Floyd. A tort ou à raison, l’avocat de la défense soutiendrait avec véhémence que l’intention réelle de Chauvin était de retenir Floyd en attendant l’arrivée du personnel médical, et non de le tuer. Aux États-Unis, les verdicts de culpabilité dans les procès criminels doivent toujours être unanimes. Ainsi, les douze jurés du Minnesota devraient croire hors de tout doute raisonnable que Chauvin avait l’intention de tuer Floyd. C’est un pari risqué. Il est plus facile de suggérer que la mort de Floyd n’était pas intentionnelle, mais s’est produite alors que Chauvin était engagé dans des voies de fait graves criminelles. L’une ou l’autre approche entraînera la même condamnation de meurtre au deuxième degré.

A lire aussi  Épargner la canne, gâter l'enfant ?

Meurtre au troisième degré

Le meurtre au troisième degré, qui exige qu’une mort se produise involontairement mais avec un «esprit dépravé», s’aligne également sur les actions de Chauvin. L’accusation devra prouver au jury que Chauvin a agi avec une indifférence imprudente envers la vie humaine en plaçant son genou du cou de Floyd pendant plusieurs minutes, malgré que Floyd ait continuellement déclaré qu’il ne pouvait pas respirer.

Homicide involontaire coupable au premier et au deuxième degré

L’homicide involontaire coupable au premier degré ne s’applique pas dans ce cas. Floyd n’a engagé aucune action qui aurait amené Chauvin à perdre sa sensibilité, et aucun autre facteur statutaire n’est pertinent. En revanche, l’homicide involontaire coupable au deuxième degré s’applique. Pour condamner pour homicide involontaire coupable au deuxième degré, la poursuite devra convaincre le jury que la mort de Floyd est survenue à la suite de la négligence de Chauvin. Entre le meurtre au troisième degré et l’homicide involontaire coupable au deuxième degré, la question sera de savoir si les actes de Chauvin constituaient une négligence (justifiant ainsi une condamnation pour homicide involontaire coupable au deuxième degré) ou un «esprit dépravé» (justifiant une condamnation ou un meurtre au troisième degré). Ou peut-être ni l’un ni l’autre.

Défenses de Chauvin

Dans l’état actuel des choses, il est prudent de dire que l’avocat de la défense de Chauvin fait face à une bataille difficile. Les preuves vidéo des actes de Chauvin sont extrêmement accablantes. Pourtant, il existe une “voie de fuite” pour Chauvin que son avocat fera de son mieux pour utiliser. Si la défense peut établir que les actions de Chauvin cause La mort de Floyd, il sera acquitté des trois chefs d’accusation.

A lire aussi  Transformer les amitiés de thématiques à authentiques

Dans le système de droit pénal, les délinquants ne sont responsables que des actes qu’ils causent réellement. En outre, il doit être démontré qu’un accusé est coupable de tous les éléments d’un crime au-delà de tout doute raisonnable. Ainsi, le jury ne doit avoir qu’un faible niveau de doute sur le fait que Floyd est mort des actions de Chauvin, plutôt que d’autres causes, afin de le déclarer non coupable. Les témoignages des médecins légistes qui ont effectué l’autopsie de Floyd, la présence présumée de fentanyl, de méthamphétamine et d’autres drogues dans son système au moment du décès seront critiques, ainsi que d’autres problèmes de santé préexistants.

Après avoir examiné chaque accusation portée contre Chauvin, il est clair que les procureurs ont réfléchi très attentivement à son état d’esprit au moment de la mort de Floyd. Ce cas est utile pour illustrer le concept important de mens rea dans notre système juridique. En effet, la grande majorité de tous les crimes dans nos codes juridiques incluent un élément d’état mental. Souvent, des procès entiers seront consacrés carrément à la détermination de ce qui se passait dans l’esprit d’un délinquant au moment de l’acte illégal.