Qu’est-ce que la maladie du cœur vide ?

Ma femme et moi sommes psychanalystes avec un intérêt particulier pour la formation des thérapeutes en Chine. Ce créneau nous a donné l’occasion d’en apprendre davantage sur la culture chinoise et les patients chinois au cours des 15 dernières années.

Nous avons récemment participé à un symposium sur le thème “The Thinking Heart”, qui s’est tenu au Freud Museum de Londres (et disponible en ligne). Ensemble, nous avons présenté un sujet qui a émergé comme une nouvelle façon de penser la dépression chez les jeunes patients chinois : la maladie du cœur vide.

Le professeur Xu Kaiwen, directeur adjoint du centre d’éducation et de conseil en santé mentale de la prestigieuse université de Pékin en Chine, a décrit pour la première fois la maladie du cœur vide (ou kongxin bing en chinois) lors d’une conférence sur l’éducation en 2016. Il s’agit d’étudiants qui ont réussi à être admis dans des universités d’élite mais qui y arrivent le « cœur vide », ne sentant aucun sens à leur vie.

De nombreux étudiants chinois font preuve d’un dévouement résolu à leurs efforts académiques. Ils renoncent à d’autres intérêts, limitant les activités de loisirs et même les amitiés en cours de route. Pour leurs efforts, ils atteignent le summum du succès : exactement ce que leurs parents voulaient pour eux.

Mais maintenant, ils sont confrontés à une question qui ne se trouve dans aucun examen : En quoi est-ce important?

Pour bon nombre de ces étudiants chinois très performants – selon une estimation, plus de 40 % – la victoire est vaine. Ils ressentent un sentiment de futilité intérieure : un vide sur leur vie et leurs réalisations. Imaginez être si jeune, si travailleur et déterminé – et si vaincu.

A lire aussi  Comment devenir plus consciencieux

La réponse à cette recherche préliminaire a été largement corroborante. Un étudiant anonyme écrit : « Je fais partie des 40 %, et peut-être même plus sévère… En fait, j’ai pensé plus d’une fois à mettre fin à mes jours » (Fu, 2016).

Un étudiant en psychothérapie a estimé qu’il ne s’agissait pas seulement du cœur, mais d’un cas de «moi vide» parce que ces jeunes ne savent fondamentalement pas qui ils sont. De tels sentiments sont de plus en plus courants, en particulier depuis le début de la pandémie.

Nous observons également un phénomène similaire dans le contexte de la culture occidentale ; considérez la recherche archétypale des adolescents pour donner un sens à leur vie. Il est courant pour les adolescents et les jeunes adultes, avec leur capacité nouvellement acquise de pensée abstraite et symbolique, de poser les grandes questions sur le sens de la vie ; chercher ce sens, et craindre la complexité du monde. L’angoisse des adolescents n’est pas nouvelle.

La maladie cardiaque vide, en revanche, est quelque chose de plus. Cela ne s’inscrit pas dans le domaine de l’existentialisme adolescent normal, mais plutôt dans un continuum qui comprend l’anxiété chronique, souvent débilitante, ainsi que la dépression et les idées suicidaires fréquentes.

La raison de cette différence est en grande partie culturelle. La maladie du cœur vide a probablement été amplifiée par la politique de l’enfant unique ; la plupart des adolescents et jeunes adultes chinois ne sont que des enfants et sont donc les seuls porteurs des espoirs et de l’héritage de leurs parents. Ce phénomène ne fait que croître lorsque la culture chinoise insiste pour qu’ils se consacrent pleinement à l’avenir de leur famille. Sur un plan social plus large, la maladie du cœur vide est le produit d’une trop grande ambition et d’une trop grande responsabilité pour l’avenir des familles de ces jeunes.

A lire aussi  Ce que l'abandon des médias sociaux m'a appris

Sur le plan clinique, ma femme et moi avons vu de nombreux jeunes se sentir déprimés et incapables de satisfaire les demandes de leurs parents. Une de nos patientes, une jeune fille de 14 ans, a formé un club du suicide. “Mourir n’a pas d’importance”, nous a-t-elle dit. (Ses parents se sont inquiétés pour sa sécurité.)

Une autre fille de 14 ans dont le père était alcoolique et la mère terriblement déprimée a entendu des voix hallucinatoires. Diagnostiquée psychotique, elle a abandonné l’école, affirmant qu’elle pouvait soutenir sa mère qui devait quitter son père. Les voix se sont avérées être celles de ses parents qui se disputaient et pas du tout psychotiques : juste le conflit de ses parents qui résonnait dans sa tête. Sa préoccupation triste et désespérée pour le conflit de ses parents la dévorait (Scharff, 2021).

Cardiopathie vide : un contexte historique

Baudelaire, dans son célèbre poème du XIXe siècle “Fleur de mal”, décrit un sentiment de vide appauvri, capturé par l’image d’un roi d’une terre riche où il pleut tout le temps et qui a un sentiment d’engourdissement et de mort intérieure. Le concept sociologique de anomie décrit par Talcott Parsons (1951) relie ces sentiments à l’absence d’un ensemble de normes convenues qui pénètrent ensuite à l’intérieur des gens. Andre Green (1999) a écrit sur « la mère morte » à l’intérieur de nombreux patients désespérés et vides. Son complexe de mère morte offre une explication psychanalytique d’un vide intérieur entrelacé avec la peur existentielle qui a également été décrite dans la psychiatrie existentielle du XXe siècle.

A lire aussi  Comment le quartier de Blacklite a pu vivre un autre jour

Dans la Chine d’aujourd’hui, avec ses attentes sociales en évolution rapide, nous pouvons voir comment les individus se sentent exclus et laissés pour compte alors même qu’ils gravissent les échelons du succès. Mais ce n’est pas si différent du sort de beaucoup de nos jeunes américains, qui se perdent dans l’alcool et la fête dans un effort désespéré pour couvrir un sentiment intérieur d’insignifiance et de peur de l’avenir.

Bien que ce ne soit pas une nouvelle façon de ressentir, penser aux nombreuses variétés de cœurs vides, à l’Est et à l’Ouest, nous aide à comprendre les versions modernes de la futilité intérieure alors que nous essayons d’aider nos patients à trouver un sens à leur vie.