Qui est le plus vulnérable aux narcissiques ?

Marque au néon/Unsplash

Source : Neonbrand/Unsplash

La plupart des lecteurs connaissent les comportements des narcissiques et les risques d’être en relation avec une personne qui a des traits narcissiques. Cette prise de conscience a suscité un grand intérêt pour les traits de personnalité de ceux qui sont les plus vulnérables aux narcissiques, avec une hypothèse commune selon laquelle les empathes sont particulièrement vulnérables. Cependant, les experts en santé mentale ont clairement indiqué que cela était à la fois faux et trompeur. C’est la personne qui est devenue codépendante (à la suite d’expériences antérieures) qui est en fait la plus vulnérable aux narcissiques.

Cette confusion semble résulter d’une incompréhension de ce que partagent ces deux personnalités à risque et en quoi elles diffèrent. Le concept de codépendance est basé sur le travail de professionnels de la santé mentale qui ont passé des décennies à l’apprendre. Le concept plus récent d’être un empathe a été décrit par le Dr Judith Orloff.

Qu’est-ce qu’un codépendant ?

Le concept de codépendance a été le plus célèbre décrit par Melody Beattie dans son livre Plus de codépendance, qui a été publié pour la première fois en 1986 et s’est depuis vendu à plus de 5 millions d’exemplaires. On pensait à l’origine qu’une personne avait de grandes chances de devenir codépendante en conséquence directe de vivre avec quelqu’un qui a une dépendance chimique. La personne abusant de la substance était considérée comme « dépendante d’une substance » tandis que la ou les personnes qui vivaient le plus étroitement avec elle étaient « co-dépendantes ».

« Une personne codépendante est une personne qui a laissé le comportement d’une autre personne l’affecter et qui est obsédée par le contrôle du comportement de cette personne. » –Mélodie Beattie

Comme cette définition l’indique clairement, la codépendance ne se produit pas uniquement dans les relations impliquant l’abus de substances. Elle peut se développer dans toute relation dans laquelle la personne dépendante ne fonctionne pas de manière normalement autosuffisante. Cela peut être dû à leurs habitudes, comme le jeu ou les achats compulsifs, ou cela peut être dû à une maladie mentale ou physique chronique. Vivre avec un adulte qui ne fonctionne pas pleinement comme un adulte en bonne santé peut conduire à devenir codépendant.

A lire aussi  4 critères pour une opinion bonne et valide

Comment se développe la codépendance ? Qu’est-ce qui les rend vulnérables aux narcissiques ?

Au fil du temps, il est devenu clair pour les fournisseurs de soins de santé mentale que certaines expériences pendant la petite enfance prédisposent à devenir codépendants. Le comportement codépendant s’apprend généralement dans l’enfance lorsqu’on est élevé dans un foyer où l’on doit être à l’écoute des autres pour être aimé. Un enfant qui estime qu’il doit constamment gagner l’amour et l’approbation, plutôt que de le recevoir inconditionnellement, sera plus enclin à grandir en se sentant trop soucieux d’obtenir l’approbation des autres. C’est ça sentiment de responsabilité excessif pour l’état émotionnel et même physique des autres qui conduit à l’obsession du comportement des autres.

Et c’est là que réside la vulnérabilité du narcissique, qui exigera de l’attention, manipulera, trompera et exploitera le besoin du codépendant d’obtenir son approbation. Les codépendants ont des difficultés fixer des limites claires de ce qu’ils devraient ou ne devraient pas faire pour les autres. Pour une compréhension approfondie de la façon dont le codépendant est particulièrement vulnérable au narcissique, le lecteur est renvoyé aux travaux de Ross Rosenberg, mondialement connu pour sa connaissance de la relation codépendant-narcissique.

Qu’est-ce qu’un empathe ?

Un empathe est une personne qui a une capacité exceptionnelle à percevoir et à comprendre les expériences et les sentiments d’une autre personne, même lorsqu’elle ne vit pas les mêmes expériences.

Judith Orloff a décrit divers types d’empathes, allant de ceux qui perçoivent les sensations physiques des autres (empathes physiques) à ceux qui peuvent ressentir la réponse émotionnelle des autres (empathes émotionnels). La plupart des empathes sont très en phase avec les sentiments des autres, mais ils sont capables de distinguer leurs propres sentiments de ceux des autres. Par exemple, un troisième type d’empathe (les empathes intuitifs) peut percevoir l’ambiance en entrant dans une pièce comme étant tendue, mais ils ne se sentiront pas nécessairement eux-mêmes tendus.

A lire aussi  4 Types de Match-Up: Lequel choisissez-vous (inconsciemment)?

Comment devient-on empathe ?

On pense qu’être un empathe n’est pas un comportement appris comme l’est la codépendance ; c’est plutôt un trait inné. Il a été démontré que les empathes possèdent des neurones miroirs (cellules cérébrales) très réactifs aux actions et aux émotions des autres. Ce sont les neurones miroirs qui peuvent faire battre votre cœur plus vite lorsque vous regardez une course, par exemple, en particulier si vous êtes un empathe physique. Un empathe émotionnel peut avoir peur lorsqu’il apprend le traumatisme passé d’un ami.

Les empathes ont tendance à être des personnes bienveillantes et compatissantes en raison de leur conscience aiguë des expériences vécues par les autres. Leur capacité de compassion profonde (empathie) peut les amener à agir de manière très gentille et utile.

Comment un empathe est-il moins vulnérable au narcissique ?

L’empathe a un sens de soi solide, comme l’a noté la psychologue Nicole LePera, et ce sens de soi n’est pas défini par ceux qui l’entourent. Ils n’ont pas besoin ou ne recherchent pas l’approbation d’autrui pas plus que la personne moyenne ne le ferait. Ils sont assurés de leur propre valeur, quel que soit le comportement des autres.

L’empathe est capable d’être présent et attentionné sans prendre la responsabilité de résoudre le problème lié par une autre personne. Les empathes sont capables de réguler leurs propres émotions afin de ne pas se sentir obligés d’assumer la responsabilité du bien-être émotionnel ou physique d’un autre adulte.

Une autre façon de penser aux différences entre un empathe et un codépendant (en termes de vulnérabilité à un narcissique) est que l’empathe a un sens clair de leurs limites interpersonnelles. En d’autres termes, un empathe n’est pas contraint d’agir de la même manière qu’un codépendant face aux exigences d’une personne narcissique.

A lire aussi  Charades et sensibilisation aux mots

L’empathe se rendrait compte que les exigences du narcissique sont irréalistes et ne se sentirait pas obligé de plaire au narcissique. Ils seraient en mesure de fixer des limites claires de ce qu’ils feraient ou ne feraient pas pour l’autre. C’est la différence entre ressentir de l’empathie pour quelqu’un d’autre et se sentir responsable de la gestion du comportement de l’autre personne.

Plats à emporter

L’incapacité à faire la distinction entre les empathes et les codépendants a conduit à une confusion quant à savoir qui est le plus vulnérable au comportement nocif du narcissique. Les empathes et les codépendants se ressemblent en ce sens que tous deux sont au-dessus de la moyenne dans leur compassion envers les autres. La différence semble être en partie innée. Alors que tous les empathes partagent des systèmes nerveux hautement perceptifs avec lesquels ils sont nés, la plupart des codépendants sont connus pour avoir des expériences d’enfance communes qui façonnent leur personnalité.

La vulnérabilité des codépendants réside dans leur sens extrême des responsabilités envers les autres, leur besoin d’approbation des autres et leur difficulté à établir des limites claires. Comme de nombreux lecteurs le savent, ces traits sont facilement manipulés par des individus narcissiques.