Rechercher et remplacer : l’autorégulation est la nouvelle maîtrise de soi

Chaque parent sait que la maîtrise de soi est une compétence importante. Nous passons des heures à en parler avec nos enfants, parfois en vain. La maîtrise de soi est difficile, même pour les adultes – c’est toujours un « non » ou un état d’inaction. Le problème de la maîtrise de soi chez les enfants est double : premièrement, le cerveau des enfants n’est pas complètement développé, de sorte que le contrôle des impulsions est plus difficile. Deuxièmement, la maîtrise de soi est une ressource qui peut hypothétiquement être épuisée, laissant les enfants sans stratégies de secours. Au lieu de cela, nous devons enseigner à nos enfants l’autorégulation.

L’autorégulation est la capacité de se frayer un chemin vers un objectif, tout en préservant la confiance et la réciprocité entre ceux qui vous entourent. Bien que plus compliqué que la maîtrise de soi, il est en fait plus facile à enseigner aux enfants car c’est un « oui » et souvent un état d’action. Lorsque nous utilisons l’autorégulation, nous considérons les situations comme des problèmes qui doivent être résolus, considérons tous les choix et prenons la meilleure décision possible. Une bonne autorégulation nous permet généralement d’obtenir ce que nous voulons et ce dont nous avons besoin, et, surtout, l’autorégulation ne s’épuise pas de la même manière que la maîtrise de soi. Nous avons juste besoin de le pratiquer.

Prenez, par exemple, Micah, 9 ans, un enfant super intelligent qui ne supporte pas de perdre. C’est un perfectionniste qui se débrouille bien avec les devoirs d’étude de mots du soir à la maison, mais si vous terminez sa semaine en vous préparant pour un concours d’orthographe le vendredi, c’est un gâchis absolu. C’est son petit frère Charlie qui en souffre le plus – ce n’est pas amusant de jouer à des jeux avec Micah parce que Micah doit toujours gagner et Charlie finit toujours par pleurer.

La mère de Micah, Maggie, est au bout du rouleau. Elle a essayé de parler de situations de jeu avec lui, a expliqué l’impact de ses actions sur les autres, a souligné les principes d’un bon esprit sportif dans les matchs de football et a même joué au Monopoly contre lui et a gagné exprès. Rien ne semble fonctionner. Maggie est encore plus inquiète au sujet de sa séquence compétitive depuis la dernière conférence scolaire, lorsque le professeur de Micah lui a dit que cela avait également un impact sur ses relations avec l’école. Le collège n’est pas si loin et ses compétences sociales ont besoin d’aide pour naviguer en douceur entre les deux.

Maggie et son mari rendent visite à un psychologue pour discuter des relations de Micah avec les autres, mais Maggie a l’impression qu’elle vient de se défouler pendant une heure. Elle ne voit pas comment faire venir Micah chaque semaine pour en parler fera une différence. Elle pense à chercher un cours d’habiletés sociales, mais elle ne peut les trouver que localement pour les enfants autistes, il n’est donc pas qualifié pour s’inscrire.

Stratégies parentales à court terme

Que peut faire Maggie ? Dans l’immédiat, Maggie veut orienter Micah vers une bonne prise de décision sociale en mettant en pratique les compétences spécifiques qui lui manquent : Micah a besoin d’une pratique ciblée pour gagner et perdre.

  1. Elle peut modéliser ce qu’elle aimerait voir : Maggie décide d’apprendre à Micah à jouer au Gin Rami. Aussi brillant qu’il soit, il apprend rapidement le jeu assez bien pour la battre, et il le fait plutôt sans grâce. Freinant toute grossièreté de sa part, Maggie lui dit prudemment “Bon jeu” et lui tend la main pour lui serrer la main chaque fois qu’ils terminent une partie, peu importe qui gagne. Maggie le fait parce qu’elle sait qu’à chaque poignée de main et à chaque « Bon jeu » requis, dit Micah, elle l’aide à établir des connexions neuronales qui, avec de la pratique, resteront.
  2. Elle peut modifier l’équilibre des pouvoirs : Ensuite, Maggie demande à Micah d’apprendre à son frère Charlie à jouer au jeu de cartes. Elle lui dit que si Charlie peut le battre au Gin Rami, alors ils iront tous dîner au restaurant préféré de Micah.
  3. Enfin, elle peut s’éloigner : Si Micah accepte le plan, alors Maggie quitte la pièce. Micah est aux commandes, il enseigne à Charlie, et quand Charlie finit par gagner, il n’y a pas d’après-match qui pleure pour la première fois depuis ce qui semble être des années. Maggie pense vraiment avoir entendu Micah dire un “Bon jeu” à Charlie par la suite.

Vous pensez peut-être que la dernière chose dont Micah a besoin, c’est de plus de pouvoir. Après tout, il ne s’en sort pas si bien quand il est en position de force en tant que vainqueur d’un match. Mais, pour Micah, il y a quelque chose de très effrayant dans l’idée de perdre. Sa relation avec le pouvoir de gagner est problématique, car élever un enfant qui ne peut pas perdre signifie qu’il devra apprendre à échouer tout seul plus tard, probablement lorsque ses parents ne seront pas là. En tant qu’enfant très réactif, Micah doit faire de petits pas pour s’entraîner à perdre gracieusement, donc intégrer une défaite dans une victoire a du sens en tant que stratégie parentale pour lui.

A lire aussi  Prendre soin de soi pour le stress chronique et démoralisant du racisme

Pourquoi le plan de Maggie a-t-il fonctionné ?

Maggie s’est fixé un objectif parental à long terme. Elle y travaille en demandant à Micah de pratiquer les compétences qu’elle veut voir en lui. Mais, dans sa méthode, Maggie elle-même pratique également la maîtrise de soi, l’empathie et la créativité dans ses relations avec Micah. Ces compétences sont les pierres angulaires d’une bonne autorégulation. Elle donne un excellent exemple avec ses pertes artisanales contre Micah. Elle démontre du respect pour les autres en montrant comment être à la fois un bon gagnant et un bon perdant à plusieurs reprises, minimisant la différence entre une victoire et une défaite avant de lâcher Micah avec Charlie.

Les neurosciences nous disent que les voies neuronales fréquemment utilisées sont plus susceptibles d’être utilisées à l’avenir. Si Maggie fait plus qu’un événement d’entraînement unique, la réponse instinctive de Micah à une défaite sera éventuellement une poignée de main et un “Bon match”. Autonomiser les enfants signifie leur faire confiance pour peser les choix et suivre leur propre carte.

Lectures essentielles sur la maîtrise de soi

Le respect fait que les gens se sentent puissants, tout comme la perception de contrôle. La perception de contrôle permet à une personne de prendre de meilleures décisions. La puissance est un avantage stratégique qui se présente sous plusieurs formes. Il peut s’agir du pouvoir du lieu, du pouvoir financier, du pouvoir social, du pouvoir de la connaissance et du pouvoir de l’expérience. Dans chaque situation sociale, quelqu’un est un peu plus responsable. Une perte de pouvoir désavantage quelqu’un et, avouons-le, les enfants sont rarement en position de force. Nous ressentons ces changements de puissance transitoires comme notre niveau de confort dans une situation donnée, mais il est important de reconnaître que se sentir constamment impuissant peut conduire à un très mauvais comportement ou à la fermeture chez les enfants.

L’une des façons les plus simples de respecter votre enfant est de lui offrir des choix chaque fois que cela est possible. Ils ne doivent pas toujours être des choix tout aussi désirables, mais l’autonomie est une liberté chère à l’humanité. Les choix permettent aux enfants de se sentir plus puissants et, sans surprise, ils s’approprieront plus pleinement le résultat s’ils ont le choix pour commencer. Les choix laissent place à une meilleure autorégulation.

Stratégies parentales à long terme

Maggie réfléchit à ses objectifs parentaux à long terme pour la trajectoire de Micah. C’est plus important que d’empêcher simplement Micah d’ostraciser des amis potentiels et plus important que de protéger Charlie d’une rivalité fraternelle potentiellement meurtrière. Maggie sait que Micah doit travailler à développer des compétences d’empathie pour mieux interagir avec les autres, elle veut donc en faire une priorité, mais elle s’inquiète également du manque de maîtrise de soi de Micah. Elle croit que cultiver la créativité est également important, car s’il peut contrôler ses impulsions assez longtemps, un enfant brillant comme Micah peut être capable de se sortir de situations et de trouver ses propres façons alternatives de gérer les choses. Elle pense que si elle peut transmettre ces compétences à Micah, il aura une bien meilleure chance d’être heureux et de réussir.

A lire aussi  Comprendre l'anxiété de haut niveau | La psychologie aujourd'hui

Maintenant, elle doit trouver comment y arriver. La façon de cultiver des compétences de vie importantes est de pratiquer les choses que vous voulez voir davantage et de ne pas pratiquer les comportements que vous aimeriez voir disparaître. C’est à ce moment-là qu’une compréhension de base du fonctionnement des neurones est si importante pour les parents. Une prise de conscience des rouages ​​​​et des boulons de la connectivité cérébrale nous permet de voir comment la parentalité taille réellement le cerveau d’un enfant – en particulier, quelles synapses se renforcent à court terme et comment nous pouvons utiliser ces informations pour nous permettre d’atteindre notre objectif à long terme. objectifs parentaux.

Nous n’avons pas besoin de mémoriser des tonnes d’anatomie pour comprendre comment fonctionne le cerveau. Nous avons juste besoin d’apprendre comment les neurones individuels peuvent être influencés. Chaque neurone fonctionne selon les mêmes principes de base, donc si vous comprenez comment la pratique fonctionne pour améliorer n’importe quelle compétence, qu’il s’agisse d’apprendre à marcher ou de mémoriser votre chanson préférée, alors vous comprenez l’idée de la neuroplasticité. Ces connaissances parentales peuvent ensuite facilement être transférées à l’enseignement des compétences plus complexes que votre enfant doit acquérir, comme être un bon sportif ou la capacité de recevoir des critiques constructives.

Une partie de notre rôle en tant que parents est d’aider nos enfants à prendre des décisions de manière de plus en plus autonome jusqu’à ce que nous soyons complètement à l’écart. Ce type d’échafaudage, en particulier lorsqu’il est fondé sur les neurosciences, leur apprendra à créer leur propre architecture neuronale. Les clés d’une bonne autorégulation sont d’avoir un état d’esprit de croissance, de savoir comment la pratique affecte les connexions synaptiques et de comprendre que nous pouvons toujours changer nos connexions cérébrales, quel que soit notre âge.