Tweets haineux pour les femmes liés à la violence dans la vie réelle

Avertissement sur le contenu: violence entre partenaires intimes

Les chercheurs ont passé des années à essayer de démêler les liens complexes entre le contenu des publications sur les réseaux sociaux et le comportement hors ligne. Une nouvelle analyse approfondie menée par des chercheurs de l’Université de Melbourne et de l’Université de la Nouvelle-Galles du Sud fournit du carburant à ceux qui soutiennent que la haine en ligne se traduit par un préjudice dans le monde réel. En utilisant les statistiques sur la criminalité du Federal Bureau of Investigation (FBI), les chercheurs ont constaté que l’augmentation des tweets misogynes (c.-à-d. La haine des femmes) était corrélée aux incidents de violence domestique ou familiale.

Brett Jordan / Pexels

Source: Brett Jordan / Pexels

Bien que Twitter ait un “politique de conduite haineuse»Qui interdit la promotion de la violence contre autrui basée sur le genre et d’autres identités, ce n’est un secret pour personne que les entreprises de médias sociaux ont trouvé de telles politiques difficiles à appliquer. De plus, les tweets qui expriment de la haine envers les membres d’un groupe ne font souvent pas explicitement la promotion ou la menace de la violence. Mais les messages haineux peuvent toujours encourager la violence en nourrissant les attitudes qui rendent l’agression plus probable.

Recherches récemment publiées dans la revue Science psychologique a testé cette notion en examinant les tweets misogynes – ceux qui expriment la haine des femmes. Des recherches antérieures ont démontré que les hommes ayant des croyances misogynes sont plus susceptibles de commettre de la violence à l’égard des femmes. De même, dans de nombreuses régions du monde, les régions dans lesquelles la violence à l’égard des femmes est considérée comme plus acceptable ont des taux plus élevés de violence réelle à l’égard des femmes.

A lire aussi  Pourquoi la gestion du temps est payante

Les utilisateurs se tournent souvent vers les médias sociaux pour exprimer des attitudes extrêmes, car ces types de publications ont tendance à attirer le plus d’attention. Les attitudes misogynes ont tendance à être en colère et agressives – juste le type de contenu qui attire l’attention et se propage rapidement sur les médias sociaux.

Bien entendu, la violence entre partenaires intimes a de nombreux facteurs contributifs, y compris les caractéristiques des auteurs individuels et les forces de la société qui encouragent ou découragent la violence contre les femmes. Ces chercheurs ont choisi de se concentrer sur les tweets misogynes comme l’un des nombreux facteurs au niveau de la société qui pourraient jouer un rôle dans la promotion de ce type de violence. Il est important de noter que les personnes de tous les sexes peuvent être victimes de violence entre partenaires intimes. Cependant, selon les statistiques du FBI, 70% des victimes de violence entre partenaires intimes sont des femmes et 70% des délinquants sont des hommes. Une étude portant sur plus de 100 000 visites aux urgences aux États-Unis a révélé que parmi les visites codées comme résultant de «violences commises par un partenaire ou un conjoint», la patiente était une femme 93% du temps.

Les auteurs de cette nouvelle étude ont estimé que si les attitudes misogynes provoquaient de la violence à l’égard des femmes, des taux plus élevés de telles violences se produiraient dans les zones où davantage de contenu haineux des femmes était tweeté. Les taux de violence contre les femmes ont été déterminés à l’aide des données du FBI pour les «infractions contre la famille et les enfants», dont la plupart sont des cas de violence entre partenaires intimes contre les femmes. Dans toutes les analyses, les chercheurs ont contrôlé statistiquement plusieurs variables connues pour être liées à la violence entre partenaires intimes, y compris la région géographique, la disponibilité de l’alcool, l’éducation et le revenu.

Les chercheurs ont obtenu deux ans de tweets provenant de plus de 400 régions définies des États-Unis, dans 47 États différents. Près de 17 000 tweets ont été identifiés comme contenant un contenu misogyne. Ces tweets comprenaient un langage hostile et sexuellement objectivant envers les femmes et un langage approuvant la domination masculine des femmes. Parmi les exemples de tweets misogynes identifiés par les chercheurs, citons: «Les femmes sont toutes des salopes», «La pute l’a fait venir» et «Fais-moi un sandwich, salope».

Les résultats de l’analyse ont montré que les incidents de violence domestique étaient positivement corrélés avec le nombre de tweets misogynes dans une zone géographique donnée. Les tweets misogynes prédisaient des incidents de violence ultérieurs, mais les incidents de violence ne prédisaient pas les tweets misogynes ultérieurs, suggérant que les tweets incitent à la violence plutôt que l’inverse. Les auteurs ont conclu que les tweets misogynes peuvent aider à créer des groupes d’hommes qui partagent ces attitudes hostiles envers les femmes ou à promouvoir les liens entre les hommes qui font déjà partie de ces communautés.

Dans l’ensemble, les tweets misogynes n’ont montré qu’une faible corrélation avec les incidents de violence domestique. Cependant, l’inclusion de ces tweets dans un modèle statistique ainsi que d’autres facteurs prédictifs de la violence domestique a permis de prédire nettement plus précisément le nombre d’incidents dans une zone géographique. Et lorsqu’il s’agit d’un problème aussi important que la violence entre partenaires intimes, chaque pièce du puzzle compte.

Anete Lusina / Pexels

Source: Anete Lusina / Pexels

Si vous vous inquiétez pour votre sécurité, veuillez contacter la hotline nationale contre la violence domestique au 1.800.799.7233 ou allez sur thehotline.org.

A lire aussi  Un regard plus approfondi sur la tolérance au risque